Catégories
CM PAO

Photoshop – Intro

Ce cours est une introduction à la manipulation d’objets graphiques matriciels avec le logiciel Adobe Photoshop, dans la cadre de la formation Community Management.

Les objets graphiques matriciels

Désignations

Les objets graphiques matriciels sont aussi nommés :

  • photos
  • images bitmap
  • images matricielles

Formats numériques

Les images matricielles sont enregistrées numériquement sous forme de fichiers. Les extensions des principaux formats numériques de fichiers d’images matricielles sont :

  • JPEG ou JPG (Joint Photographic Experts Group)
  • PNG (Portable Network Graphics)
  • GIF (Graphic Interchange Format)
  • TIFF ou TIF (Tagged Image File Format)
  • PSD (PhotoShop Document)
  • et beaucoup d’autres

Tous ces types de fichiers s’ouvrent avec Photoshop et PSD est le format natif des images matricielles éditées avec Adobe Photoshop.

Description technique

Les images matricielles sont composées de pixels (contraction de PICTure ELement) disposés sur une matrice (une grille de colonnes et de rangées). Chaque pixel d’une image matricielle peut prendre différentes valeurs selon la profondeur de l’image (1, 8, 16, 24 ou 32 bits par couche).

Voici une vidéo publiée sur IDIKOtv expliquant quelles sont les caractéristiques d’une image RVB.

Les images en mode RVB (destinées à la publication hébergée et non imprimée) sont composées de 3 couches d’informations. Une couche pour le rouge (R), une couche pour le vert (V) et 1 couche pour le bleu (B). Les informations de chaque couche se combinent pour déterminer la couleur de chaque pixel.

Chaque couche de couleur d’une images matricielles en RVB peut prendre 256 valeurs différentes (de 0 à 255).

En savoir plus

Emmanuel Correia, dans un tutoriel vidéo, présente les images matricielles en les opposant aux images vectorielles. Il apporte des précisions la définition d’une image (en termes professionnels).

Pour en savoir plus sur le système RVB (ou RGB, en anglais), vous pouvez consulter Wikipedia via l’interface de Wikiwand.

L’aide d’Adobe Photoshop apporte des précisions sur les points qui viennent d’être abordés.

Les éditeurs matriciels

Les images matricielles sont éditables avec un éditeur matriciel ou logiciel de traitement d’images bitmap.

Dans le cadre de de cours, nous utiliserons le logiciel Adobe Photoshop, proposé par l’entreprise américaine Adobe. Il existe de nombreux autres outils permettant de manipuler des images bitmap.

On distingue les outils de traitement d’images ou de photos et les outils de création de dessins ou peintures. Photoshop permet de tout faire… et les “gros” logiciels de traitement d’images bitmap offrent tous la possibilité de dessiner et de peindre numériquement.

Les logiciels orientés dessins s’utilisent de préférence avec une tablette graphique (Wacom, XPPen, …).

Les listes qui suivent mentionnent quelques outils parmi de très nombreux autres logiciels.

Logiciels orientés traitement d’image

Logiciels hors ligne orientés traitement d’images

Logiciels en ligne orientés traitement d’images

  • Pixlr E (interface inspiré de Photoshop) – Gratuit et version Pro
  • Pixlr X (orienté Web – interface grand public) – Gratuit
  • Photopea – Gratuit
  • etc.

Logiciels orientés dessin ou peinture

Logiciels hors ligne orientés dessin ou peinture

Logiciels en ligne orientés dessins ou peinture

Logiciels orientés pixel art et expérimentation graphique

Logiciels en ligne orientés pixel art

Logiciels expérimentaux en ligne

  • Outils disponibles via bitbof.com (éditeur de Kleki, présenté plus haut)

L’utilisation des images matricielles

Les images matricielles couvrent un très vaste champ de productions graphiques. Leur plus grande spécificité est leur constitution en pixels juxtaposés.

Définition, résolution et taille de l’image matricielle

Voici une vidéo d’IDIKOtv, présentant de manière pédagogique les trois notions clés dont nous aurons besoin pour manipuler des images matricielles.

L’image matricielle imprimée

Pour les usages imprimés, il est nécessaire de produire des images de grandes dimensions (ou de grande définition). En effet, il est recommandé d’utiliser 250 à 300 pixels par pouce d’image imprimée pour obtenir une qualité suffisante.

Un pouce est égal à 2,54 cm. Pour présenter une qualité suffisante, une image imprimée de 10 cm de large (environ 4 pouces) doit avoir une largeur d’environ 1200 pixels (300 pixels x 4 pouces). La dimension exacte est 1181 pixels…

Inversement, on évalue la taille maximum d’impression d’une image (en centimètres) en divisant par 100 ses dimensions en pixels. Une image de 1200 par 800 pixels (définition = 1200×800) est imprimable de manière satisfaisante jusqu’à 12 x 8 cm ( la résolution est alors de 254 pixels par pouce).

L’image matricielle hébergée

Pour les usages hébergés, un compromis doit être trouvé entre le poids de l’image (le plus petit possible) et la qualité de son affichage sur différents écrans (la meilleure possible).

La résolution des écrans varie selon les appareils (de 30 ppp – pour les télévisions – à 300 ppp – pour les smartphones… et plus pour certains écrans de très haute résolution).

Sur un écran de bureau affichant 160 pixels par pouce (écran MDPI), une image de 8 pouces de large (20,34 cm), affichée en taille réelle, a une largeur de 1280 pixels.

La qualité de l’image affichée dépend donc de l’écran, mais aussi de la distance à laquelle on regarde cet écran.

Vous en apprendrez davantage en visionnant une vidéo de Didier Mazier, sur YouTube… attention, c’est un peu complexe !

Les formats prédéfinis des gabarits

Face à la multiplicité des combinaisons définition-résolution pour les images hébergées puis affichées sur écran, il est indispensable de suivre les recommandations des professionnels. Les logiciels proposent des formats Web standards, les plateformes en ligne aussi.

Photoshop propose des dimensions précises pour différents types d’affichage sur des écrans de bureau.

Photoshop propose également des dimensions standards pour différents types d’affichage sur mobiles.

Pixlr X ou Pixlr E, outils en ligne de traitement d’images matricielles, proposent de choisir le support de diffusion de l’image. La taille du document créé est paramétrée d’avance en fonction des exigences la plateforme de diffusion.

Vous trouvez en ligne les dimensions d’images exigées par les plateformes les plus connues :

En savoir plus

La collecte d’images matricielles

Les images matricielles sont partout. Attention, elles ne sont pas pour autant libres de droits !

Les archives et la propriété intellectuelle

Vous trouverez aujourd’hui toutes sortes d’images matricielles sur le Web. Par ailleurs, si vous disposez d’un lecteur de CD-ROM ou de DVD, vous pouvez accéder à d’anciennes ressources matricielles distribuées autrefois sur ces supports.

Les sauvegardes de travaux de design graphiques sur le Cloud, sur disques durs externes ou supports amovibles (clés USB, etc.) peuvent se révéler une mine d’images bitmap.

Assurez-vous, avant d’utiliser une image pour un projet de publication, de disposer de tous les droits d’utilisation. Lisez les termes des licenses accordées par les distributeurs. Respectez les droits d’auteurs et la propriété intellectuelle.

Les banques d’images

Pour trouver une liste de banques d’images sur lesquelles collecter des ressources matricielles, consultez le site Banques d’images sur Netboard.