Catégories
Formations-courtes

Présentation des formations IMeP et CDUI

Au fil de cette présentation vous allez découvrir comment se découpent les formations pour la préparation aux Titres Professionnels Infographiste Metteur en Page (IMeP) et Concepteur Designer UI (CDUI).

Il sera également question de communication et de processus éditorial. En effet, les formations IMeP et CDUI s’insèrent dans une réalité professionnelle en lien direct avec l’édition et la communication visuelle.

Vous découvrirez ici le fonctionnement de la roue des moulins de la com, l’usage de la farine de concept et les autres ingrédients du pain du savoir.

Repérer les articulations entre IMeP et CDUI

Deux niveaux différents et une succession logique

Les 2 titres professionnels visés correspondent chacun à un diplôme de niveau distinct. Le Titre Pro IMeP est un diplôme équivalent à un Bac Pro. Le Titre Pro CDUI est un diplôme équivalent à une Licence Pro.

Des modules en commun

Plusieurs modules particuliers sont communs aux 2 parcours.

  • Les compétences requises en PAO et Com-Créa sont acquises au cours de premiers modules communs. Les deux premiers TP d’évaluation des compétences professionnelles de PAO et de Com-Créa sont communs aux 2 parcours.
  • Des cours de droit sont dispensés dans les 2 formations.
  • Un cours sur la manière de mener une veille informationnelle et technologique (VIT) est commun aux 2 formation, même s’il est dispensé à un moment différent pour les uns et les autres
  • La formation permettant à chacun de construire une présentation visuelle commentée (PVC) pour défendre son projet professionnel devant le jury du Titre Pro est dispensée à tous, à des moments différents.
  • Des modules dédiés à la sécurité des gestes et postures (SGP) et aux techniques de rédaction du Dossier Professionnel (DPro) sont proposés dans les 2 parcours.

En l’absence d’Étienne RODDIER, un des formateurs à la préparation du titre pro CDUI, les premiers cours des Fondamentaux du Web Design (FDWD) sont assurés en commun par Yves GOGUELY, en même temps que les cours sur les Fondamentaux de la Création de Site (FCS). Les autres cours assurés initialement par Étienne RODDIER sont assurés par Marcel GOUTTE et Jérôme CRECY.

Des formateurs polyvalents

Plusieurs formateurs animent les formations pour la préparation des deux Titres Professionnels.

  • PAO (Illustrator, InDesign, Photoshop) : Benoit BARBE
  • CC, FCS, RWRN, W3CSS, VIT, PVC, SGP : Yves GOGUELY
  • CG : François MARTIN
  • DoPro : Isabelle NORDMANN
  • FDWD, Prototypage, HTML/CSS, WordPress, Woo Commerce, Yves GOGUELY, Marcel GOUTTE, Jérôme CRECY et Pascal MAISON
  • Programmation : Jérôme CRECY
  • Webmarketing, Bootstrap et Flexbox : Marcel GOUTTE
  • Droit : Intervenant(e)

Le moulin de la com et le pain du savoir

L’édition plurimédia est le secteur professionnel dans lequel s’inscrit les parcours de formation IMeP et CDUI. Pour cerner plus précisément ce secteur professionnel, je vous propose de prendre connaissance de ce qu’on nomme le cycle ou le processus éditorial. Ce cycle va devenir la roue d’un moulin à idées.

La roue des 8 P

Il s’agit d’une présentation des étapes par lesquelles sont édités tous les contenus, quel que soit le média utilisé pour les présenter au public. Toutes ces étapes peuvent être désignées par un mot commençant par la lettre P (P comme… Plurimédia).

Activité d’approfondissement (option 1)

La roue des 8P utilise des termes commençant tous par le lettre P. Pour simplifier et clarifier le cycle éditorial, je vous propose de trouver quels sont les termes utilisés dans la roue des 8P pouvant être remplacés par les termes suivants :

  • Conception
  • Maquettage
  • Réalisation
  • Utilisation

Listés dans l’ordre chronologique de leur mise en œuvre, ces opérations devraient pouvoir rapidement trouver leur place dans la roue du cycle éditorial !

Si vous deviez simplifier la roue et ne choisir que quatre rayons (pales ou godets), lesquelles choisiriez-vous ?

Activité d’approfondissement (option 2)

Pour approfondir la question, je vous propose de noter dans un livret plié toutes les opérations à mettre en œuvre lors des étapes du processus éditorial. Pensez aux contenus et aux contenants : aux textes, aux images, aux contenus multimédias et interactifs ainsi qu’aux supports sur lesquels ils sont intégrés.

➜ Notez ces opérations sur les pages d’un livret réalisé en pliant une feuille A4. Suivez le pliage et le découpage indiqués sur ce mode d’emploi.

Les opérations à inventorier concernent aussi bien la production d’imprimés que la mise en ligne de sites Web. Il en est de même pour la production de diaporamas (présentations visuelles commentées).

Changez “Production de contenus” par “Production d’informations”. Ce sont toujours des idées et des concepts qu’il s’agit de structurer, de styliser, de composer, de reproduire, de publier, etc.

Le moulin de la com et la farine de concept

➜ Les 8 P forment une roue de moulin. Ce type de roue actionne les moulins de la communication. Ceux-ci produisent de la farine, livrée dans divers emballages (pages, écrans, diapositives numériques, etc.).

L’eau qui actionne la roue est un effort de tous les instants, canalisé pour la mise en œuvre d’un projet de communication. Il ne s’agit pas de créativité ou de sens artistique mais de travail persévérant.

“5% d’inspiration et 95% de transpiration…”, certains auteurs sont plus réalistes et affirment produire leurs œuvres avec 1% d’inspiration créative et 99% d’efforts persévérants ! L’édition plurimédia est avant tout le résultat d’une méthode de travail appliquée sans relâche, étape après étape.

La farine produite dans ce type de moulin est essentiellement de la farine de concept, de la farine d’idée (2 variétés de céréales cérébrales couramment cultivées).

➜ Les formations aux titres pros IMeP et CDUI apportent aux participants toutes les compétences requises pour produire de la farine d’idée et la livrer dans des emballages attirants et fonctionnels.

Les emballages doivent être étiquetés avec soin. Ils doivent pouvoir s’ouvrir et se refermer facilement. Ils doivent aussi permettre la conservation de la farine et faciliter le stockage. S’ils sont beaux, cela ne gâche rien !

Les formateurs-trices transmettent aux formé(e)s de la farine de concept, emballée dans divers types de contenants, le tout fabriqué dans leur moulin favori.

Le pain du savoir

La farine de concept n’est pas très digeste en l’état. Sortie de son emballage, elle se consomme mélangée à de l’eau, à du sel et à divers ingrédients. La pâte obtenue doit ensuite être cuite au four ou sur une plaque chaude.

Sortir la farine de son emballage, c’est se préparer à consommer des idées et des concepts. C’est lire ou écouter des informations soigneusement emballées. Il appartient à chacun(e) de traiter les informations pour pouvoir se nourrir. L’information brute de déballage n’a jamais véritablement nourri quiconque !

Il appartient aux formé(e)s (lecteurs-trices et auditeurs-trices) de faire leur pain ! Avoir appris à apprendre est un prérequis au niveau de recrutement des formations IMeP et CDUI. Les pédagogues rappellent cependant aux apprenant(e)s comment fabriquer le pain du savoir et comment le faire cuire dans le four de la mise en pratique.

Les ingrédients du pain du savoir

Le public visé par vos actions de communication doit lui aussi produire son pain. La farine dans un bel emballage n’est pas encore du pain… mais sans farine, pas de pain !

Le pain du savoir se pétrit avec les mains du bon sens, dans le pétrin du contexte de production.

Le four de la mise en pratique est alimenté par le bois des contraintes du projet de communication (les spécifications du cahier des charges).

Le four de la mise en pratique

Tout au long de votre formation, vous allez avoir à gérer des projets concrets, basés sur des situations professionnelles ancrées dans la réalité du terrain. C’est ainsi que vous apprendrez à cuire votre pain (le rendre consommable et digeste).

Plus les contraintes seront nombreuses plus le four sera chaud ! Pour éviter de carboniser vos premières fournées, vous commencerez avec des projets relativement simples et progressivement vous aborderez des projets plus complexes.

En début de formation les formateurs vous fourniront la farine dans son emballage. En cours de formation vous devrez moudre vous-même les céréales fournies et emballer vous-même la farine produite. Il se peut qu’en fin de formation vous ayez à vous procurer par vous-même le grain à moudre pour livrer telle ou telle variété de farine.

Vous pouvez stocker toute la farine de la terre dans les plus beaux emballages qui soient, si vous ne savez pas faire votre pain, vous ne serez jamais nourris ! Au terme de votre formation, le jury veut se rendre compte de ce que vous avez véritablement dans le ventre. Il n’a pas l’intention de s’en tenir à l’inventaire de ce que vous avez rangé sur vos étagères !

Apprendre à apprendre

Pour compléter le sujet, je vous présente une note graphique faisant l’inventaire de 10 manières d’apprendre puis je vous propose une liste d’outils numériques pour vous aider à mieux apprendre.

Dix façons d’apprendre (pour petits et grands)

sketchnote de Bénédicte Vallette d’Osia (https://www.pinterest.fr/BenedicteValdo/_saved/)

Bénédicte Vallette d’Osia répertorie sous forme de sketchnote dix façons d’apprendre relevés sur le site https://apprendreaeduquer.fr/ :

  1. Parler du sujet à quelqu’un
  2. Faire des flash-cards (analogiques ou numériques)
  3. Inventer des histoires
  4. Illustrer les savoirs (sous forme de sketchnotes par exemple)
  5. Faire une mind map (une carte cognitive, heuristique ou conceptuelle)
  6. Morceller les apprentissages (arroser peu à intervalles régulier)
  7. Relire ses notes (et les compléter si nécessaire)
  8. Spatialiser le parcours vers l’information
  9. Réactiver sa mémoire en tenant compte de la courbe de l’oubli
  10. Dormir suffisamment

Effectuez des recherches sur les termes que vous ne connaissez pas. Prenez des notes, verbales ou picturales, pour mieux retenir la définition de ces concepts

Des outils numériques d’aide à l’apprentissage

Voici une sélection d’outils simples à prendre en main. Ils vous serviront pour mieux apprendre en écrivant, en dessinant, en capturant, en collectant, en commentant, en structurant, etc.

Outils de prise de note

  • PanWriter (pour toutes plateformes – gratuit)
  • Notable (pour toutes plateformes – gratuit)
  • Zettlr (pour toutes plateformes – gratuit)

Outils de sketchnoting numérique

  • Sketchbook (pour toutes plateformes – gratuit)
  • Tayasui Sketches (pour macOS seulement – version gratuite avec limites de fonctionnalités)

Outils de captures d’écran

Outil de collecte de liens

  • Deskyo (en ligne – version gratuite avec limites de fonctionnalités)

Outils d’épinglage et de commentaires de liens

  • Pinterest (en ligne – gratuit avec publicités)
  • Netboard (en ligne – gratuit sans publicité)

Outils de mind mapping (cartographie mentale)

  • Text2mindmap (en ligne – gratuit)
  • Maps Of Mind (en ligne – gratuit)
  • XMind (pour toutes plateformes – version gratuite avec limites de fonctionnalités)
  • Mind Meister (en ligne – payant avec version gratuite limitée)

Utilisez-vous déjà l’un de ces outils ? De quelle manière en tirez-vous profit pour vos apprentissages ? Quels conseils donneriez-vous à des personnes qui ne les utilisent pas encore ?