Catégories
CM Formations-courtes

La veille informationnelle

Dans ce cours, nous allons voir comment mener une veille informationnelle efficace en utilisant au mieux les moteurs de recherche et les plateformes numériques disponibles

➜ Nous allons voir en quoi consiste la veille informationnelle et comment elle se déroule. Nous verrons aussi quelles sont les pratiques et méthodes à mettre en œuvre pour rendre la veille pertinente. Nous en tiendrons au contexte des formations PAO-Tech, COM-Créa, FCS et CM, ainsi qu’au contexte de la préparation des titres pros IMeP et CDUI
(voir la page d’accueil pour la signification de ces sigles).

Repérer en quoi consiste la veille informationnelle

La veille informationnelle est l’ensemble des stratégies mises en place pour rester informé en y consacrant le moins de temps possible. La veille informationnelle désigne des méthodes et des dispositifs (automatisés ou semi-automatisés) de recherche, de collecte, de traitement et de publication des informations.

Inscrire la veille dans une démarche éditoriale

Une veille informationnelle sérieuse se traduit par la production de livrables partagés. L’intérêt de la démarche repose sur les modalités de collecte, de traitement et de publication des informations choisies. C’est en optimisant la manière dont il partage les résultats de sa veille que le veilleur donne du sens à son activité.

Lors du passage des titres professionnels IMeP et CDUI, le jury se montre très attentif aux moyens mis en œuvre pour mener une veille informationnelle. Pouvoir montrer les résultas concrets de sa veille est déterminant pour l’obtention du titre visé.

Le savoir se construit en établissant des connexions transversales entre des domaines de connaissances différents. La veille informationnelle oblige à activer notre mémoire et nos facultés d’analyse, renforcant ainsi notre capacité à croiser les informations puis à les rendre significatives. Elle s’inscrit dans un processus documentaire, préalable à toute démarche éditoriale. Le public cible de la publication des résultats de veille est ici l’entourage professionnel du veilleur (et par ricochet, le veilleur lui-même).

L’objectif visé, au delà de la publication des résultats de veille, est l’exploitation des informations collectées. Il s’agit d’optimiser le fonctionnement du secteur professionnel dans lequel le veilleur et son public exercent leurs compétences.

Distinguer veille passive et veille active

La veille passive repose sur une implication volontaire des acteurs de l’entreprise. Ceux-ci font remonter aux décideurs les informations jugées importantes glanées ici ou là, sans objectif clairement défini auparavant.

La veille active est une démarche planifiée, organisée, répondant à des objectifs précis, confiée à des acteurs qualifiés et outillés pour cela. Les deux démarches se complètent au sein d’une entreprise.

Pour plus de détails :

Identifier le processus de la veille informationnelle

La veille informationnelle est un processus itératif (une séquence d’instructions destinée à être exécutée plusieurs fois et autant de fois qu’on peut en avoir besoin). Elle est souvent schématisée par un cycle en plusieurs étapes.

Source : https://www.slideshare.net/SverineBalaska/de-la-veille-stratgique-la-capitalisation-des-savoirs-65849821

Le nombre des étapes et leur nom varie selon les schémas. Dans le cadre de ce cours je développerai quatre phases :

  • la recherche (comprenant l’identification des besoins, le choix des sources et les recherches effectives)
  • la collecte des données (sur diverses plateformes)
  • la traitement (analyse, tri et commentaires des données collectées)
  • la publication des informations (partage des résultats de veille)

Effectuez une recherche dans Google Images en saisissant l’expression « Cycle de veille informationnelle ». Collectez les schémas qui vous semblent les plus intéressants (de votre point de vue).

Distinguer plusieurs concepts clés

La relative jeunesse des métiers du Web, l’évolution des pratiques rédactionnelles et la pratique quotidienne de la recherche en ligne contribuent à flouter les contours des différentes quêtes professionnelles d’information. Les technologies et les méthodes évoluent plus vite que les mots utilisés pour les désigner !

Distinguer recherche informationnelle et veille informationnelle

La recherche informationnelle se distingue de la veille par le fait qu’elle répond généralement à un besoin d’information plus urgent, dans le but d’une exploitation plus immédiate de l’information.

La recherche informationnelle se positionne généralement en début de processus de veille, lorsqu’il s’agit de repérer les sources d’information fiables auxquelles le veilleur se réfèrera par la suite.

Distinguer veille informationnelle et surveillance des réseaux sociaux

La veille informationnelle et technologique se distingue de la surveillance des réseaux sociaux pratiquée par les gestionnaires de communautés.

Pour plus de détails à ce sujet, je vous invite à consulter la page Veille informationnelle et community management.

Distinguer veille informationnelle et veille rédactionnelle ou éditoriale

La veille informationnelle et technologique se distingue aussi de la veille rédactionnelle ou éditoriale. L’objectif de cette dernière est de collecter une documentation suffisante pour rédiger un écrit fiable sur tel ou tel sujet.

La veille rédactionnelle s’insère dans la pratique professionnelle de la rédaction pour le Web (ou rédaction Web).

Préparer une veille active

Définir le périmètre de veille

Définir le périmètre de veille dans le secteur de la communication visuelle

L’exercice des métiers de la communication visuelle impose de se tenir régulièrement informé concernant les évolutions technologiques, les tendances du moment, les pratiques émergeantes, etc.

Il s’agit également de collecter des informations touchant plusieurs domaines liés indirectement à notre activité professionnelle. Les secteurs commerciaux et juridiques sont des exemples. Il appartient à chacun de fixer ainsi le périmètre de sa veille informationnelle.

Les applications pratiques qui découlent d’une veille informationnelle effective dans le domaine du design graphique concernent les points suivants :

  • la stimulation de la créativité individuelle et collective
  • le renouvellement des outils utilisés lors du processus de design
  • la collecte de ressources prêtes à l’emploi (textes, images, enregistrements, modèles, gabarits, etc.)
  • les pratiques d’éco-conception orientées impression ou hébergement
  • les méthodes de marketing, de design, de suivi de publication, etc.
  • les tendances graphiques du moment
  • la réglementation juridique
  • le positionnement des concurrents directs
  • les opportunités collaboratives
  • etc.

Définir le périmètre de veille dans un autre secteur (community management, rédaction Web, etc.)

En utilisant des outils comme Text2mindmap, Text 2 Mindmap ou tout autre outil d’édition de cartes heuristiques, explorez le périmètre d’une veille informationnelle en lien avec votre activité professionnelle.

Vous pouvez resserrer le périmètre thématique de votre veille. Si vous choisissez par exemple “La communication sur les réseaux sociaux”, vous ciblez des résultats concernant un domaine spécifique du community management.

Avec le périmètre de veille se définit généralement le niveau de profondeur visé. Cela se traduira par le choix d’un niveau de précision et de détails dans les résultats attendus.

Vous en saurez davantage en consultant les sites suivants :

Répartir la veille entre plusieurs acteurs

La veille informationnelle est une activité chronophage à ses débuts. Une fois rodé, le processus s’effectue “naturellement”, cependant sa mise en place nécessite d’y consacrer le temps nécessaire.

Il est envisageable de répartir la charge de la veille informationnelle entre plusieurs acteurs. Il est alors nécessaire de s’organiser de manière à ce que chaque veilleur puisse optimiser ses actions de surveillance des secteurs choisis.

Le repérages des outils collaboratifs les mieux adaptés, celui des méthodes les plus efficaces et des veilleurs-curateurs les plus pertinents fait gagner par la suite un temps précieux.

Définir les paramètres et objectifs de la veille

La veille s’effectue à titre personnel et collectif. Les attentes individuelles et communautaires ne sont pas les mêmes. Le type d’information collectée est différent selon les objectifs visés.

Avant de se lancer dans des recherches sur Google ou d’autres moteurs de recherche en ligne, il est nécessaire, entre autres choses, de déterminer :

  • les formats numériques à collecter (images, textes en ligne, textes téléchargeables, diaporamas, vidéos, etc.)
  • la longueur et la complexité des informations à collecter (articles universitaires, articles de vulgarisation, infographies complexes ou simplifiées, résumés avec liens, etc.)
  • la réputation des sources d’information à solliciter
  • la forme de publication des résultats de veille et de leur curation préalable (traitement personnel des informations collectée)
  • la liste des outils à utiliser pour mener à bien l’ensemble de la veille
  • le temps, l’argent et l’énergie à consacrer à la veille informationnelle

Distinguer la méthode push et la méthode pull

En matière de veille informationnelle, on distingue deux méthodes de recherche.

  • La méthode “pull” : le veilleur va rechercher les informations, en consultant divers médias et en utilisant si nécessaire un moteur de recherche en ligne.
  • La méthode “push” : l’information vient au veilleur, via des agrégateurs de flux RSS, des alertes Google ou des outils spécialisés.

Pour que la méthode push soit efficace, il est nécessaire de paramétrer convenablement les outils utilisés. Nous verrons dans la suite de ce cours comment paramétrer l’outil Feedly (agrégateur de flux RSS).

Effectuer une recherche ciblée avec les moteurs de recherche

Voyons maintenant plus en détail quelques outils mis en œuvre en pratiquant la méthode “pull”.

Utiliser les moteurs de recherche Google et Duckduckgo

L’outil le plus fréquemment utilisé pour effectuer des recherches en ligne est le moteur de recherche de Google. Ce moteur garde en mémoire l’historique des recherches effectuées à partir d’un poste ou d’un compte activé. Les résultats affichées en réponse à une requête sont donc biaisés par les recherches effectuées précédemment.

Cela présente à la fois des avantages et des inconvénients. D’une part Google accélère le signalement de ce que nous cherchons et d’autre part il freine la découverte d’autres résultats par sérendipité.

Pour élargir le champ de vos résultats de recherche, utilisez un moteur de recherche qui ne conserve pas en mémoire l’historique de vos recherches. Duckduckgo est un des plus connus.

➜ Je vous invite à effectuer la même recherche sur les 2 moteurs de recherche mentionnés plus haut pour constater les différences de résultats.

Vous pouvez faire le même exercice avec des concepts voisins comme “moodboard” et “style tile”.

Choisir les expressions et mots clés lors d’une recherche en ligne

Toute recherche en ligne, quelque soit le moteur utilisé, commence par la saisie d’une expression ou d’un mot clé. Diversifier les mots clés utilisés conduits à des résultats plus pertinents.

Utiliser des dictionnaires de synonymes

Les outils les plus simples à utiliser pour diversifier nos mots clés sont les dictionnaires de synonymes et les éditeurs de cartes heuristiques (les premiers pour les trouver de nouveaux mots clés, les seconds pour les noter puis les archiver…).

Noter les mots et expressions clés à utiliser

Rassemblez dans une carte mentale en ligne des synonymes de l’expression clé « veille informationnelle » et ajoutez à votre carte des termes ou concepts voisins. Utilisez pour cela le site https://tobloef.com/text2mindmap/ ou https://text2mm.com/. Vous exporterez ensuite une liste au format .TXT que vous pourrez consulter si nécessaire avec un éditeur de texte.

Voici d’autres sites permettant de réaliser des cartes mentales en ligne.

Utiliser les alertes Google

La plateforme Google propose un service très simple pour recevoir un mail dès qu’une nouvelle publication est repérée en lien avec un sujet défini par vos soins.

Le mode d’emploi détaillé du service est accessible à cet adresse : https://support.google.com/websearch/answer/4815696?hl=fr

Effectuer des recherches avancées avec Google

Google met à la disposition des internautes plusieurs outils pour aider chacun à mieux définir ses requêtes. Les plus simples à utiliser sont accessibles via des boutons personnalisés ou des menus complémentaires placés à proximité du champ de saisie.

Utiliser les fonctionnalités proposées visuellement par Google

En utilisant les fonctionnalités disponibles sur les pages de résultats de recherche, il est également possible d’affiner sa recherche.

  • Consulter les images associées
  • Consulter les actualités associées
  • Consulter les livres associés
  • etc.

Préciser ses recherches avec la syntaxe appropriée

Il existe de nombreux autres moyens d’affiner sa recherche sur Google. Utiliser des guillemets, le signe moins ou des opérateurs booléens permet de préciser la requête.

L’usage des guillemets pour rechercher des termes dans un ordre précis est désormais remplaçable par une recherche “Mot à mot” (Outils > Tous les résultats > Mot à mot)

Deux fonctionnalités s’avèrent très utiles pour préciser ses recherches. La première consiste à cibler des résultats en provenance d’un site précis. La seconde consiste à rechercher un type de fichier particulier.

➜ Pour trouver tous les articles traitant de typographie sur le site grapheine.com, faites une recherche en saisissant la requête suivante : typographie site:grapheine.com

➜ Pour trouver tous les portfolios de design graphique disponibles au format pdf, faites une recherche en saisissant la requête suivante : portfolio design graphique filetype:pdf (en français) ou graphic design portfolio filetype:pdf (en anglais)

Vous pouvez combiner les 2 filtres en ciblant un site de partage de fichiers pdf comme issuu.com ou calameo.com (le sujet est abordé plus en détails dans la section consacrée à la collecte des fichiers pdf).

Pour en savoir plus sur les recherches avancées avec Google, je vous invite à consulter ces sites :

Utiliser Google Scholar pour accéder à des textes universitaires

Google Scholar permet d’effectuer une recherche parmi des articles et des publications universitaires présentés sous différents formats.


Pour compléter votre formation, vous êtes invités à suivre le cours intitulé Collecter, traiter et publier les infos de veille.

Des ressources complémentaires sont disponibles sur y‑goguely.netboard.me/veille